L'effet de serre et l'argent

La théorie de l'effet de serre a été fortement encouragée par des autorités scientifiques et politiques comme le montre ce surprenant passage du documentaire de Martin Durkin, "The Great Global Warming Swindle":

 « Pour Margaret Thatcher, l’énergie était un problème politique. Au début des années 70, les chocs pétroliers avaient plongé le monde dans la récession, et les mineurs avaient démis le gouvernement conservateur précédent. Elle était très soucieuse (dit MR Nigel Lawson, ancien secrétaire d'état à l’énergie), de promouvoir l’énergie nucléaire, bien avant le problème du réchauffement climatique, parce qu’elle était préoccupée par la sécurité énergétique, parce qu’elle ne faisait pas confiance au Moyen-Orient, aux syndicats des mineurs, au pétrole et au charbon. Par conséquent, elle sentait que nous devions encourager le nucléaire. Alors, quand le sujet du réchauffement global est apparu, elle a dit : « C’est très bien, ce sera un argumentaire de plus pour le nucléaire qui n’émet pas de CO2 ». Elle est alors allée à la Royale Society et a dit aux scientifiques : « Je mets de l’argent sur la table pour que vous prouviez ce truc » (dit le journaliste Nigel Calder). Et bien sûr, les scientifiques s’exécutaient. »... « Inévitablement, (dit le professeur Philip Stott) du moment où les politiciens mettent leur poids sur quelque chose et y attachent leur nom d’une certaine manière, l’argent va couler à flot, c’est comme ça que ça marche. »

La vidéo d'où ces mots sont extraits est ici.

Mine de rien, toutes les fausses preuves de l'effet de serre, toutes les recherches et dépenses vaines qu'elles nous font faire, le mobilisation mondiale contre le CO2, le plan carbone et le développement du nucléaire, découlent de ces décisions politiques gouvernées par des intérêts nationaux. On peut aujourd'hui mesurer à quel point des récompenses financières et morales, peuvent nuire à la science, doper tous les arguments qui vont dans une direction particulière, et pénaliser les chercheurs qui ne sont pas d'accord. On punit les bons, alors que ceux qui inventent des fausses preuves sont récompensés par des prix. Des preuves insensées sont accueillies à bras ouvert, et personne n'ose les contester. A l'inverse, tout est fait pour affaiblir les bons arguments des réalistes qui vont à l'encontre des choix qui ont été faits. Ce règne de la force et des communautés partisanes est au centre de tous les problèmes du monde actuel. Plus les choix des pouvoirs en place reposent sur des croyances incertaines, plus ils cherchent à ce qu'il n 'y ait pas de voix discordantes, à imposer leur vision par la force, grâce à des pressions, des menaces et des promesses, des punitions et des récompenses, qui corrompent et détraquent les sciences et nuisent au progrès. Pour corriger ce problème, nous devrions au moins faire en sorte que les penseurs dissidents ne soient pas totalement privés de moyens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire